Des parfums vieux comme le monde

L’histoire des huiles essentielles
down arrow

Un ingrédient royal : rituels, vénération et romance en Égypte ancienne

En Égypte ancienne, les parfums et les huiles naturelles faisaient partie intégrante des cérémonies religieuses. Ils étaient utilisés pour purifier l’air et pour les offrandes aux divinités.

Le parfum et l’hygiène personnelle étaient considérés comme si importants qu’ils avaient, dans la mythologie égyptienne, leur propre dieu : Néfertoum. L’encens et les huiles parfumées étaient souvent utilisés dans les enterrements de personnes des classes aisées; un récipient décoratif contenant du parfum a d’ailleurs été retrouvé dans la tombe du roi Toutankhamon.

Les huiles essentielles étaient généralement réservées aux divinités et à la royauté, car à l’époque, leur production était très coûteuse.

Le kyphi était un type d’encens communément utilisé comme médicament ou lors des cérémonies religieuses. Le kyphi n’avait pas de recette précise, mais contenait généralement des ingrédients comme la myrrhe, le mimosa, la cannelle et la menthe. Les prêtres égyptiens, qui préparaient ces mélanges, sont considérés comme les premiers parfumeurs du monde.

Les Égyptiens auraient sûrement utilisé aujourd’hui les mêmes ingrédients qu’à l’époque, pour préparer leurs onguents et leur encens, mais le parfum qu’ils auraient obtenu aurait été beaucoup moins marqué. En effet, à l’époque, la distillation n’avait pas encore été découverte. Leurs huiles essentielles étaient obtenues par pression, ou en laissant macérer les plantes dans des liquides ou des graisses.

Combattre le mauvais air : traitement des maladies en Grèce antique

Dans l’Antiquité, en Grèce et à Rome, le parfum et l’encens ont continué à être utilisés lors des enterrements et autres cérémonies religieuses. En 2007, la plus ancienne fabrique de parfums au monde a été découverte à Chypre, lieu de résidence de la déesse Aphrodite selon la mythologie. On pense que cette usine fournissait les établissements religieux et les fidèles en parfums qui leur permettraient de se rapprocher des dieux qu’ils vénéraient.

Contrairement à l’Égypte ancienne, les parfums étaient plus accessibles au public en Rome antique. Ceux les moins chers étaient vendus dans des vases en céramique, et les plus chers dans des flacons en porcelaine décorés, que l’on pouvait acheter dans des échoppes ou des étals mis en place à cet effet.

Les Romains et les Grecs, eux non plus, n’avaient pas encore découvert la distillation : les parfums des ingrédients étaient obtenus en les brûlant, ou en trempant certaines plantes comme la rose, la violette ou le jasmin dans de l’huile.

Mais les fragrances n’étaient pas seulement utilisées à des fins de parfumerie : les Grecs et les Romains croyaient que le mauvais air répandait les maladies. Hippocrate, père de la médecine moderne, a noté que les émanations nocives pouvaient être transportées par le vent et causer des maladies graves. Les populations croyaient qu’en utilisant la fumigation et en parfumant l’air, ils pouvaient empêcher la propagation des maladies.

La découverte de la distillation : eau parfumée et pharmacologie en Perse antique, et leur évolution

La découverte de la distillation remonte à la Perse antique (ancêtre de l’Iran). C’est là que l’astrophysicien Avicenne a découvert les propriétés chimiques des parfums sans base d’huile. Cette découverte a permis aux Perses de produire l’eau de rose, qui fait aujourd’hui la célébrité de l’Iran.

Les scientifiques de l’époque ont perfectionné la technologie des alambics (équipements utilisés pour la distillation), constituant ainsi un énorme progrès non seulement en parfumerie, mais aussi en pharmacologie. Les alambics ont permis de mettre au point des substances médicales essentielles telles que l’alcool, qui était utilisé pour le traitement des maladies.

Malgré cette avancée scientifique, dans le monde de la parfumerie, l’usage de la distillation restait principalement limité à la création d’eaux parfumées. Ce n’est que plus tard que les méthodes d’extraction ont permis de produire les huiles essentielles modernes

En Perse antique, le parfum était aussi un marqueur de statut social. Sur les peintures, les membres de la royauté et des classes aisées étaient souvent représentés portant des flacons de parfum et des fleurs aromatiques, pour symboliser leur importance et leur richesse.

A quick title like, Dream Cream Hand And Body Lotion

Le développement de l’apothicairerie : pommes d’ambre et premiers produits pharmaceutiques au Moyen-Âge et à la Renaissance

Le Moyen-Âge et la Renaissance marquent une évolution dans la façon d’utiliser les parfums. En Occident, la religion chrétienne considère l’application de parfum sur le corps comme une pratique excessive; le parfum est donc moins utilisé à cet effet.

L’usage traditionnel du parfum dans les rites religieux, en revanche, est resté prévalent : les membres du clergé rendaient hommage à Dieu en faisant brûler de l’encens.Les mauvaises odeurs, très nombreuses à l’époque, étaient considérées comme une insulte à Dieu. Suivant les enseignements d’Hippocrate, elles étaient aussi associées aux maladies.

Afin de chasser le « mauvais air », il était commun de porter autour du cou des pommes d’ambre, des amulettes qui contenaient des huiles, de l’encens et autres substances parfumées. La reine Marie Ire, par exemple, utilisait un mélange d’ingrédients familiers tels que la résine de benjoin, la calamite, l’eau de rose et le labdanum, ainsi que des substances d’origine animale que nous n’utilisons plus aujourd’hui : l’ambre gris et le musc de cerf et de civette.

Cette période a également marqué l’apparition d’apothicaires spécialisés, qui mélangeaient et vendaient ces mixtures à l’odeur souvent très marquée. Ces précurseurs de la parfumerie étaient aussi considérés comme des pharmaciens, car c’est à leur époque que les plantes et les épices ont commencé à être reconnues pour leurs bienfaits médicinaux et thérapeutiques. Les apothicaires mettaient à profit ces bienfaits naturels pour préparer des concoctions à base de nouveaux ingrédients découverts partout dans le monde.

Des huiles essentielles à emporter partout : statut social et séduction au siècle des Lumières

Aux XVIIIe et XIXe siècles, le parfum devient un moyen de séduction, ainsi qu’un symbole de richesse et de noblesse. Les personnes qui en avaient les moyens l’utilisaient dès qu’elles en avaient l’occasion : sur leurs vêtements, leur corps, leurs cheveux, leurs accessoires... Elles prenaient aussi leur bain dans de l’eau parfumée. Le parfum était si essentiel que les nobles les emportaient partout avec eux dans des nécessaires de voyage – des coffrets conçus pour transporter leurs nombreux flacons de parfum et autres mélanges.

Marie-Antoinette considérait son nécessaire de voyage comme essentiel, et a même demandé à ce qu’on en fabrique une réplique lorsqu’elle se préparait à fuir la France pendant la Révolution. La découverte des microbes dans les années 1800 a mis l’accent sur l’importance du bain. Comme il n’était plus nécessaire de couvrir les mauvaises odeurs avec des parfums forts, les goûts en termes de parfumerie ont commencé à changer.

Les préférences se sont tournées vers des fragrances plus fraîches et florales, au lieu des muscs dérivés des animaux.

La découverte de ruines datant de l’Antiquitié a aussi encouragé un retour aux styles de l’Égypte, de la Rome et de la Grèce antiques, qui ont influencé les mélanges et les flacons de parfum de l’époque.

Bon pour le corps et l’esprit : les huiles essentielles au service de la santé et du bien-être

Les huiles essentielles ont toujours été utilisées pour leurs effets positifs sur le corps, l’esprit et l’âme. Toutefois, le mot « aromathérapie » est relativement récent : il a été inventé au début du XXe siècle par René-Maurice Gattefossé, qui a découvert les propriétés apaisantes de la lavande en plongeant accidentellement sa main brûlée dans une cuve d’huile essentielle de lavande.

Depuis, la pratique de combiner des huiles essentielles au massage, afin de profiter de leurs bienfaits sur le corps et l’esprit, a de nouveau gagné en popularité. Il existe des centaines de formations, de spécialistes, d’ouvrages et de médias traitant de l’aromathérapie, et il est difficile de déterminer précisément la légitimité de leurs affirmations. Le terme d’aromathérapie recouvre, en quelque sorte, une grande variété de croyances.

Nombreux sont ceux qui défendent l’idée que les huiles essentielles peuvent influer sur l’humeur. D’autres vont encore plus loin et affirment que l’aromathérapie et la médecine non conventionnelle peuvent soigner toutes sortes de maladies. Dans tous les cas, les huiles essentielles sont aujourd’hui utilisées dans une grande variété de produits pour les bienfaits qu’elles procurent au corps et à l’esprit depuis des millénaires.

Tout a commencé avec des gants :  les humbles débuts de l’industrie du parfum

Vous l’aurez compris : la parfumerie et les huiles essentielles font partie de notre vie depuis des milliers d’années – même si la façon dont nous les utilisons n’a cessé d’évoluer. Aujourd’hui, les huiles essentielles sont principalement associées au domaine de la parfumerie, et tout a commencé avec des gants...

La petite ville de Grasse, dans le sud de la France, est considérée comme la capitale mondiale du parfum. Elle est en première ligne des avancées en parfumerie depuis des siècles : dès les années 1400, Ermentaire Tossenti a établi sa propre échoppe d’apothicaire pour y vendre des mélanges d’huiles essentielles et d’ingrédients naturels. Grasse est connue pour son microclimat, idéal pour cultiver les plantes et les fleurs les plus fragrantes, utilisées par la suite en parfumerie.

Grasse était également connue pour la fabrication de gants, une industrie qui s’est développée à partir du XVIe siècle. De nombreux travailleurs locaux tannaient le cuir pour fabriquer des gants de qualité qui étaient exportés partout dans le monde. Mais cette industrie avait un effet secondaire plutôt gênant : le tannage du cuir produisait des odeurs désagréables.

En utilisant les ingrédients aromatiques qu’elle avait à disposition, la population de Grasse a développé des arômes et des parfums pour masquer la mauvaise odeur du cuir tanné. À mesure que l’industrie du gant a décliné, c’est la parfumerie qui a commencé à se développer à Grasse.

À la fin des années 1800, Grasse se distinguait par la qualité des ingrédients et des parfums qu’elle produisait. Des parfumeurs illustres comme J. B. Dulac, J. L. Fargeon et Lubin se sont établis à Paris, où ils ont gagné en popularité auprès des classes aisées.

Parfums de stars, synthétiques sûrs et sources éthiques : la parfumerie moderne et au-delà...

Dans les années 1900, les nouvelles avancées chimiques et scientifiques ont révolutionné le monde de la parfumerie. La découverte de méthodes de création de substances comme la vanilline synthétique a permis de produire des parfums plus abordables pour la consommation de masse. De ce fait, les parfumeurs pouvaient à présent imiter les arômes de matières naturelles qui étaient jusqu’à présent impossibles à extraire de leurs sources, notamment le muguet.

Le parfum s’est de nouveau retrouvé à la portée de tous. Le parfum Jicky a été l’un des premiers à intégrer des fragrances synthétiques. Jicky est aussi le tout premier parfum abstrait – c’est-à-dire qu’il se base sur plus d’une seule huile essentielle ou note. Ce parfum a ouvert la voie à un spectre de fragrances variées qui sont aujourd’hui appréciées dans le monde entier.

Aujourd’hui, la parfumerie est encore en phase de changement. Le marché saturé et la prolifération des « parfums de stars » ont entraîné une forte demande de fragrances uniques et personnalisées. Dans un même temps, les consommateurs et les entreprises sont de plus en plus conscients de leurs responsabilités environnementales et sociétales, ce qui les amène à privilégier, voire à exiger des ingrédients traçables, provenant de sources responsables.

Et maintenant?

Les huiles essentielles nous accompagnent depuis des millénaires. Elles conditionnent la façon dont nous ressentons le monde et sont l’essence même de la vie. Elles vous suivront où que vous alliez; la destination ne dépend que de vous...

Partager cette histoire: