Nous offrons l’expédition gratuite pour tous les achats de 60 $ et plus. Magasinez maintenant, payez plus tard avec Afterpay. En savoir plus.
Banner - Movement for Black Lives

Movement for Black Lives

Leur mission, leurs revendications

Dans le cadre de son engagement envers le mouvement Black Lives Matter, Lush fait équipe avec 12 organismes au centre du mouvement pour soutenir les activistes sur le terrain. Nous appuyons également des organismes ayant des objectifs à moyen et à long terme pour mettre fin à la brutalité policière et au racisme systémique.

Ces organismes travaillent sur des initiatives communautaires pour mettre fin au danger et à la violence, encouragent la communauté Noire à voter, défendent la santé et les droits des personnes Noires trans et donnent une voix aux jeunes activistes et organisateur.ice.s Noir.e.s.

M4BL a été lancé en décembre 2014. Il s’agit d’un espace pour que les organismes menés par des personnes Noires partout aux États-Unis puissent débattre et discuter de l’actualité politique et élaborer des évaluations communes et des interventions politiques nécessaires pour réaliser des politiques clés. M4BL a également cherché à réunir le leadership organisationnel afin de débattre et de créer conjointement une stratégie commune à l’échelle du mouvement.

Questions-réponses avec Karissa, directrice locale de M4BL

Qui êtes-vous et que faites-vous au sein de M4BL?

Je fais partie de l’équipe séniore. Je gère notre travail sur le terrain et m’occupe de la stratégie et de la vision avec les autres leaders de M4BL.

Comment vous êtes-vous jointe au Movement for Black Lives?

En tant que directrice administrative du Center for Third World Organizing, j’ai appuyé le travail de développement du leadership de l’écosystème et participé à quelques-uns de nos espaces dédiés à nos domaines prioritaires. Le 15 février, j’ai été engagée.

Comment M4BL s’organise-t-il dans sa circonscription?

Notre travail d’organisation et de programme est déplacé à travers une structure organisée par domaines prioritaires tels qu’identifiés dans notre projet Black Power Rising : les politiques, la justice électorale, l’organisation et la mobilisation de masse. Chacune de ces priorités a un travail unique qui constitue collectivement notre stratégie quinquennale.

M4BL exige la fin de la guerre contre les personnes Noires.

Une foule de personnes manifestent contre la brutalité policière.

Quelles-sont les revendications de M4BL?

Il est clair que les Noir.e.s subissent des répercussions négatives importantes aux mains de systèmes oppressifs. À cette fin, au cours de notre histoire, nous avons élaboré diverses revendications qui sont à la fois larges et spécifiques. Les revendications qui ont contribué à donner une vision à ce moment précis du mouvement sont les suivantes :

  • Nous exigeons la fin de la guerre contre les personnes Noires. Nous exigeons la fin de la criminalisation, de l’incarcération et des meurtres des membres de notre communauté. Nous exigeons non seulement la responsabilité individuelle des policiers après un meurtre, mais aussi de tous les services de police

  • Nous exigeons un désinvestissement de la police et des investissements dans les communautés Noires. Nous demandons aux collectivités et aux élu.e.s des États-Unis de prendre les ressources consacrées aux services de police dans les budgets locaux et de les réaffecter aux soins de santé, au logement et à l’éducation que notre peuple mérite. L’augmentation du nombre d’agent.e.s de police, d’armes à feu, et de prisons n’est pas une solution aux problèmes de longue date que sont les disparités raciales, l’injustice et la brutalité policière.

  • Nous exigeons que les écoles locales, les universités et autres institutions publiques rompent leurs liens avec la police. Nous exigeons des écoles sans police partout au pays et la fin de la présence d’agent.e.s de police dans les universités publiques. Toutes les institutions publiques conçues pour servir la population doivent couper les liens avec la police dans l’intérêt de la sécurité publique.

  • Nous exigeons une aide immédiate pour nos communautés. Nous exigeons que le gouvernement des États-Unis fournisse des paiements directs en espèces, l’annulation du loyer, l’annulation de l’hypothèque, un moratoire sur la fermeture des services publics et de l’eau et l’annulation de la dette étudiante, médicale et autres. Nous exigeons des solutions économiques à long terme, comme un revenu de base universel, pour faire face à la crise immédiate et ouvrir la voie à une reprise juste qui ne priorise pas les entreprises au détriment de nos communautés.

  • Nous exigeons la justice économique pour tout notre peuple. De Minneapolis à Louisville, la communauté Noire continue d’être exploitée économiquement de génération en génération. En cette période de crise économique, nous devons saisir l’occasion de repenser l’économie et de l’orienter vers une économie qui répond aux besoins des gens et de la planète, et non des entreprises et des riches.

  • Nous exigeons que les droits des manifestant.e.s soient respectés et qu’aucun mal ne leur arrive. Les biens matériels ne seront jamais aussi importants que les vies humaines. Nous exigeons que les autorités locales et étatiques veillent à ce qu’il n’y ait pas d’abus de pouvoir et de recours à la force meurtrière contre les manifestant.e.s.
     

  • Nous exigeons des réparations pour les injustices passées et actuelles. Les entités étatiques comme la police, les agent.e.s de l’immigration et les entreprises qui ont causé du tort aux communautés Noires doivent réparer leurs torts. Les services de police doivent reconnaître les torts causés par leur institution aux familles Noires, présenter des excuses officielles et affecter des ressources aux familles et aux communautés qui ont souffert de leurs actions.

  • Nous exigeons le contrôle communautaire. Les personnes les plus touchées dans nos communautés doivent contrôler les lois, les institutions et les politiques qui sont censées nous servir, depuis nos écoles jusqu’à nos budgets locaux, nos économies et nos services de police.

Parlons du désinvestissement de la police et de l’investissement dans les communautés. Qu’est-ce que cela signifie réellement?

Pendant une grande partie de l’histoire des États-Unis, les forces de l’ordre étaient responsables de faire respecter des lois explicitement conçues pour subjuguer les Noir.e.s et faire respecter la suprématie blanche. C’est pourquoi les Noir.e.s, ainsi que des centaines de milliers d’autres personnes, demandent aux gouvernements municipaux, étatiques et fédéraux d’abolir les services de police tels qu’ils existent actuellement. Nous devons cesser d’investir dans les services de police excessifs, brutaux et discriminatoires et investir dans une vision de la sécurité communautaire qui fonctionne pour tout le monde, pas seulement pour l’élite.

Nous savons que les communautés les plus sûres en Amérique sont des endroits où la police n’a pas un rôle de premier plan. Ce que nous cherchons existe déjà, et nous savons déjà que ce type de système fonctionne. Nous n’avons pas besoin de regarder plus loin que les quartiers où vivent les personnes riches, bien connectées et bien nanties, ou partout où les gens ont un accès facile à un salaire décent, aux soins de santé, à une éducation publique de qualité, sans être discriminé.e.s ou brutalisé.e.s par la police.

Nous ne pouvons pas rester les bras croisés pendant que nos gouvernements municipaux, étatiques et fédéraux continuent de financer un système de police excessif, brutal et discriminatoire. On ne nous dira plus que ce que nous méritons n’est pas politiquement viable ni logistiquement possible. Nous ne serons plus privé.e.s de ce que d’autres ont depuis longtemps dans ce pays : les droits fondamentaux, la sécurité et la liberté.

Lorsque nous parlons de désinvestissement de la police, nous parlons de faire un changement important dans les priorités nationales. Nous devons passer d’un investissement massif dans une force policière qui ne nous protège pas à un investissement massif dans une vision commune de la sécurité communautaire qui fonctionne réellement. Nous savons que cela ne se fera pas du jour au lendemain. Nous en avons assez des solutions rapides et des réformes fragmentaires. Mettre fin à la violence policière exige une approche réfléchie, délibérée et participative qui a déjà commencé.

La pandémie de la Covid-19 et ses effets disparates sur notre communauté Noire nous ont montré ce qui se passe lorsque le gouvernement sous-finance la santé publique tout en investissant massivement dans les budgets policiers et militaires. Il est clair que des millions de personnes savent maintenant ce que les communautés Noires ont compris depuis longtemps : nous devons renverser des siècles de désinvestissement dans les communautés Noires pour investir dans un avenir où nous pouvons tous être connecté.e.s, représenté.e.s et libres.

Des millions de personnes semblent avoir vécu un éveil collectif par rapport à la brutalité policière et au racisme systémique. On ressent une urgence de mettre fin à la suprématie blanche. Qu’espérez-vous pour l’avenir?

Nous espérons que le mouvement touche les personnes Noires partout aux États-Unis et dans le monde. Nous exigeons des actions transformatrices qui modifient les conditions matérielles pour les Noir.e.s. Nous espérons renverser la suprématie blanche sous toutes ses formes. Nous espérons que des masses de personnes Noires soient formées et organisées et se joignent à la longue lutte pour la libération de tous et toutes les Noir.e.s.

Pour en savoir plus sur le Movement for Black Lives, vous impliquer et faire un don, visitez leur site Web.

Toutes les photos sont utilisées avec la permission de M4BL.org.