Nous offrons l’expédition gratuite pour tous les achats de 50 $ et plus. Magasinez maintenant, payez plus tard avec AfterPay. En savoir plus.
Banner - Notre plan pour remplacer les tests sur les animaux

Notre plan pour remplacer les tests sur les animaux

Nous croyons que les épreuves d’innocuité effectuées sur les animaux sont barbares.

Nous croyons que les tests sur les animaux ne garantissent pas qu’un produit est sécuritaire d’utilisation pour les humains.

Nous croyons que les données de l’expérimentation animale présentement en circulation ne sont pas pertinentes et ne devraient pas être utilisées. Elles nous donnent un faux sentiment de sécurité.

Nous croyons que les solutions de rechange aux tests sur les animaux sont si avancées que tout le monde devrait y avoir recours.

Nous croyons que les tests sur les cultures de cellules humaines et sur des volontaires offrent des résultats plus pertinents que l’expérimentation animale.

Depuis la fin des années 70, il existe un mouvement grandissant pour mettre fin aux tests sur les animaux dans le domaine des cosmétiques. Au début, on militait pour un meilleur traitement des animaux, puis pour l’abolition des tests de produits sur les animaux.

Au cours des 40 dernières années, nous avons vu des campagnes, des condamnations publiques des tests sur les animaux, l’introduction de lois pour bannir l’expérimentation animale et la mise au point, la validation et l’acceptation réglementaire des solutions de rechange aux tests sur les animaux.

Nous sommes à un stade où ces solutions de rechange devraient être utilisées.

Un concepteur de produits en chef de la pharmacie Boots a déclaré l’an passé avant de prendre sa retraite que Boots possédait 25 ans de données obtenues à partir de tests sur les animaux et que l’entreprise n’allait pas simplement s’en débarrasser. Les données des tests sur les animaux sont comme une béquille pour les entreprises. Elles sont satisfaites de ces résultats et ont bâti leur connaissance et leur expertise autour de l’expérimentation animale.

Beaucoup de grosses entreprises utilisent des méthodes alternatives pour concevoir de nouveaux produits, mais effectuent encore des tests sur les animaux lorsque la loi l’exige. Il existe donc un double standard : on utilise les nouvelles méthodes pour acquérir des connaissances et l’expérimentation animale pour satisfaire les autorités de règlementation.

Nous voulons que Lush soit la première entreprise à soutenir les solutions de rechange aux tests sur les animaux. Nous voulons tester tous nos ingrédients en utilisant des cultures de cellules humaines et nous voulons également utiliser cette méthode pour mieux connaître nos produits finis.

Évidemment, Lush emploie des ingrédients avec un long historique d’innocuité. D’autres tests nous permettent ensuite d’approfondir nos connaissances en utilisant la fine pointe de la technologie.

Puisque nous souhaitons inciter des entreprises à utiliser d’autres options d’expérimentation, nous avons un programme de sensibilisation dans le cadre duquel nous invitons des fournisseurs à visiter les laboratoires de XCellR8 pour voir en quoi consistent les tests effectués sur les cultures de cellules humaines. Nous avons maintenant un premier fournisseur qui commande ses propres tests alternatifs.

Nous voudrions voir des données de tests in vitro sur les fiches de données de sécurité des matières premières que nous achetons à la place des données historiques de tests sur les animaux qui, selon nous, ne sont pas de bons indicateurs de l’innocuité d’un ingrédient.

Nous comptons faire part de nos résultats à nos fournisseurs pour qu’ils n’aient pas à effectuer à nouveau les tests. Nous nous attendons donc également à ce que nos fournisseurs nous fassent part de leurs résultats.

Nous voulons montrer l’exemple au reste de l’industrie des cosmétiques en affirmant sur nos étiquettes que les produits ont été testés en utilisant des cultures cellulaires humaines. Ce même souci de transparence nous a poussés à indiquer la liste des ingrédients sur nos produits avant que cela soit exigé par la loi. Nous espérons que d’autres entreprises nous suivront et que les clients s’informeront auprès d’elles sur leurs épreuves d’innocuité. Nous comptons commencer avec notre lotion corporelle Crème de rêve, que nous avons testée pour la génotoxicité.

Tester tous nos ingrédients représente un projet monumental. Nous estimons que les coûts seraient de 6 à 14 millions de dollars. Nous nous attendons à ce que les tests auxquels nous avons recours changent à mesure que la science évolue. Nous voulons bâtir une base de connaissances sur la sécurité qui n’existait pas avant.

Notre plan

Que tous les produits soient testés sur des volontaires, des cultures de cellules humaines et autres solutions de rechange.

Que les résultats de ces tests soient diffusés publiquement.

Que les données provenant de l’expérimentation animale deviennent désuètes.

Que les autorités de règlementation se familiarisent avec les autres méthodes d’expérimentation et n’exigent plus de tests sur les animaux.