L’huile de jojoba : c’est compliqué

Une culture risquée
down arrow

À deux heures au sud-ouest de Phoenix, dans la chaleur désertique, se trouvent 2000 acres de champs de jojoba abandonnés.

Il y a 10 ans, la production de jojoba dans ce district était en pleine effervescence. Des rangées de buissons verts touffus couvraient le désert aride et les fermiers recueillaient les graines pour en extraire l’huile : un liquide clair et doré couramment utilisé dans le domaine des cosmétiques et des produits pharmaceutiques. Toutefois, les tendances météorologiques changeantes font de la culture du jojoba un investissement à risque. Après plusieurs années de températures trop froides, la plupart des fermiers ont abandonné leurs arbustes de jojoba en faveur d’une culture plus sûre.

Pourquoi l’huile de jojoba?

L’huile de jojoba est un excellent hydratant. En raison de sa similarité au sébum produit naturellement par la peau, il s’absorbe rapidement sans laisser de film gras. Par conséquent, il n’est pas surprenant que nos inventeurs de produits aient choisi cet ingrédient soyeux et nourrissant pour des soins pour le visage comme le baume nettoyant nu Sommeil et l’huile pour le visage nue Légèreté.

En 2018, notre équipe d’achats nord-américaine a acheté 33 tonnes d’huile de jojoba pour utiliser dans nos cosmétiques frais faits à la main. Avec la venue de notre gamme de soins pour le visage nus en 2019, ce chiffre ira en augmentant. Quand il s’agit de trouver des fournisseurs pouvant nous procurer une aussi grande quantité de jojoba « notre plus gros défi est de trouver des entreprises qui partagent nos valeurs et qui comprennent et appliquent notre politique contre les tests sur les animaux », affirme Jesse Pretty, acheteur chez Lush.

Un défi unique

Se procurer un ingrédient de source éthique de manière transparente est un processus complexe. De plus, le jojoba présente des défis uniques que les acheteurs doivent prendre en considération.

Originaire du sud-ouest des États-Unis et du nord-ouest du Mexique, le jojoba est une culture sensible. Les arbustes de jojoba nécessitent des conditions chaudes et sèches la plupart de l’année et quelques journées de température quasi glaciales pour faire sortir les fleurs de leur période de dormance. Par contre, si le froid dure trop longtemps, les fleurs gèlent et la récolte est ruinée. Si la vague de froid dure encore plus longtemps, les récoltes peuvent être affectées pendant plus d’un an. Dans certains cas extrêmes, les arbustes peuvent ne pas produire de graines pendant des années.

Jesse affirme que de 2011 à 2013, nos fournisseurs, ainsi que beaucoup d’autres agriculteurs en Arizona, ont vécu une situation similaire. Après plusieurs années de températures imprévisibles, leurs plants de jojoba produisaient quelques graines seulement. « Nous collaborions avec ces agriculteurs depuis des années, et soudainement, ils n’avaient plus rien à nous offrir. » Cette situation a mis en lumière l’importance d’avoir des fournisseurs situés dans des régions différentes afin de nous assurer un approvisionnement stable à l’avenir.

Des graines de jojoba poussent sur un arbuste au Pérou

 Des graines de jojoba vertes poussent sur un arbuste à la ferme de notre fournisseur au Pérou

Le jojoba au Pérou

Après cette perte des récoltes à grande échelle en Arizona, Jesse a été chargé de trouver une nouvelle source fiable de jojoba. Depuis 2007, nos collègues de Lush R.-U. achètent leur jojoba dans une ferme située à Ica au Pérou. Puisque nos normes de qualité et d’éthique sont les mêmes à l’échelle de l’entreprise, nous avons décidé de faire de même.

Chaque matin, dans le climat désertique unique d’Ica, les fermes sont couvertes d’une brume légère qui disparaît en après-midi. La température est parfaite pour la culture du jojoba, puisqu’il y a peu de risque que le gel affecte la production de graines. Des pratiques durables sont en place : en plus d’utiliser de l’engrais biologique, les agriculteurs n’ont pas besoin d’avoir recours à des herbicides, des pesticides ou des fongicides grâce au climat aride. De plus, les plantes sont arrosées par micro-irrigation pour limiter la quantité d’eau utilisée. Jesse affirme que, bien qu’il aimerait voir notre fournisseur péruvien mettre l’accent sur la culture intercalaire et la conservation de l’eau, il s’agit d’une « source durable dont nous avons besoin pour complémenter notre projet du Fonds durable Lush en Arizona, une région qui est beaucoup plus susceptible aux mauvaises récoltes. »

Le Fonds durable Lush en Arizona

Le Fonds durable Lush a pour objectif de financer des entreprises agricoles indépendantes et éthiques pour nous fournir des ingrédients 100 % transparents. Gavin Hollett, gérant de l’équipe du Fonds durable Lush en Amérique du Nord décrit le processus : « Nous mettons de côté 2 % supplémentaires de dépenses annuelles en matières premières, huiles essentielles et emballage et les versons dans un fonds que nous utilisons pour soutenir financièrement les fournisseurs éthiques chez qui nous nous approvisionnerons à l’avenir. »

Avec le financement du Fonds durable Lush, nous avons acheté 80 acres d’anciennes fermes de jojoba en Arizona, que nous avons baptisés le « Projet de conservation du jojoba ». Notre objectif est de restaurer ces terres et de produire du jojoba biologique de façon écoresponsable tout en offrants des possibilités d’emploi à la communauté. Les terres sont gérées par Jalisco Jojoba, une petite entreprise familiale multigénérationnelle qui travaille en agriculture depuis des décennies et dans la culture du jojoba depuis 30 ans. Gavin affirme que par le passé, l’entreprise vendait des graines de jojoba à 1,85 $ par livre. « Nous leur offrons 3,85 $ par livre maintenant, à condition qu’ils travaillent à réduire leur consommation d’eau et à améliorer la biodiversité des champs et des environs. »

En plus de la ferme de jojoba, nous avons aussi ouvert une petite manufacture de broyage de graines pour permettre à la famille Jalisco et aux autres agriculteurs des environs de presser leur propre huile et faire en sorte que l’argent reste dans la communauté, tout en réduisant les frais de transport entre les fermes et les usines de traitement.

L’avenir du jojoba

Jesse estime qu’en 2019, 30 à 40 % de notre huile de jojoba proviendra du Projet de conservation du jojoba et que le reste proviendra de notre fournisseur au Pérou. À mesure que le projet continue de grandir, Jesse et Gavin disent qu’ils se concentreront sur la réduction de la consommation d’eau et l’amélioration de leur programme de coupe sélective pour s’assurer que les plantes sont résistantes et productives.

Pour ce qui est des champs de jojoba abandonnés et négligés, Gavin croit qu’ils pourront prospérer à nouveau. « Nous espérons qu’un jour plus de 500 acres de jojoba et d’espèces indigènes pousseront dans ce district. Nous voulons aussi inciter les communautés à s’intéresser à la conservation de l’eau et de la faune et la flore pour protéger le désert dans les années à venir. »

Partager cette histoire:

Produits mentionnés dans cet article :

Produits mentionnés dans cet article :

Ajouter à la liste de souhaits
Sommeil
Baume nettoyant nu

Sommeil

Équilibre la peau avec de la lavande

null stars out of 5
Ajouter à la liste de souhaits
Légèreté
Huile pour le visage nue

Légèreté

Tonifie et clarifie

5 stars out of 5