Mise à jour concernant notre campagne contre la chasse au phoque

down arrow

En 2009, nous avons lancé une campagne visant à mettre fin à la chasse aux phoques commerciale et avons demandé aux clients et au personnel de signer une pétition adressée au premier ministre Stephen Harper pour exiger la fin du soutien fédéral à cette pratique.

En dépit d’une baisse générale de la demande de produits dérivés du phoque, l’argent des contribuables sert encore à subventionner l’industrie de la chasse au phoque commerciale. Nous croyons qu’en raison de sa cruauté intrinsèque et de son coût pour les Canadiennes et Canadiens, cette industrie devrait être reconsidérée. En tant qu’entreprise qui lutte contre la cruauté envers les animaux depuis plus de 20 ans, nous ne pouvons soutenir le massacre de ces animaux à des fins commerciales.

Nous avons récemment reçu des commentaires de clients, de partenaires communautaires et du grand public au sujet de cette campagne et de notre opposition à la chasse au phoque. Notre campagne de 2009 ne s’opposait aucunement à la chasse au phoque par des peuples autochtones comme source de nourriture, de vêtements ou d’avantages économiques. Toutefois, nous avons appris depuis que l’opposition à la chasse au phoque, sous quelque forme que ce soit, nuit aux communautés autochtones du nord du Canada. Nous regrettons que notre lutte contre la cruauté envers les animaux ait un impact négatif sur ces communautés.

Nous avons travaillé très fort pour établir des relations respectueuses avec les Premières nations du Canada et d’ailleurs en collaborant sur des enjeux comme les sables bitumineux, le développement des oléoducs et la chasse au trophée des grizzlys en Colombie-Britannique. En tant qu’entreprise qui se soucie profondément des gens, des animaux et de la planète, nous continuerons à travailler aux côtés des communautés autochtones et de tenir compte de leurs points de vue au moment de parler d’enjeux qui nous passionnent.

Nous apprécions avoir une clientèle aussi passionnée, engagée et disposée à nous faire respecter nos engagements. Merci de vous être exprimés. Nous continuerons à maintenir un dialogue ouvert à propos de cette importante question.

Partager cette histoire: