FAQ sur Lush et l’huile de palme

down arrow

Ce court article explique le parcours de Lush pour éliminer l’huile de palme de sa chaîne d’approvisionnement. Il pourra aider à répondre à vos questions concernant notre campagne pour retransformer une plantation de palmiers à Sumatra en forêt naturelle.

Qu’est-ce que l’huile de palme?

Il existe deux espèces de palmiers à huile : Elaeis guineensis et Elaeis oleifer. L’huile de palme est utilisée comme terme générique pour désigner les deux types d’huiles produites à partir du palmier à huile : l’huile de palme, qui provient du fruit de l’arbre, et l’huile de palmiste, qui provient de ses graines. Ces huiles sont produites par broyage et extraction. Les palmiers ne peuvent pousser que sous les tropiques, mais sont originaires d’Afrique de l’Ouest et d’Amérique du Sud.

L’huile de palme brute (HPB) est principalement utilisée dans l’industrie alimentaire et la fabrication de savon, tandis que l’huile de palmiste est surtout utilisée par les fabricants oléochimiques pour produire des alcools et des acides gras, qui sont les composantes chimiques de base des fabricants de surfactants.

Le palmier à huile est une plante à haut rendement qui peut produire jusqu’à dix fois plus d’huile que le soya, le colza et le tournesol par hectare (10 000 m²). Cela en fait l’option la moins chère, ce qui a eu comme effet d’augmenter son utilisation dans de nombreux produits, y compris les biocarburants. La culture du palmier à huile a contribué à la croissance économique en Malaisie et en Indonésie, les deux plus grands producteurs. Cependant, l’expansion récente de l’industrie du palmier à huile cause des problèmes importants.

Les enjeux énumérés ci-dessous sont bien connus et font l’objet de campagnes menées par des groupes environnementaux depuis le milieu des années 2000. En raison de la dégradation de l’environnement causée par la culture du palmier à huile, nous avons pris la décision de retirer l’huile de palme de notre chaîne d’approvisionnement.

Quels sont les principaux problèmes de la culture du palmier?

Remarque : la culture du palmier n’est pas mauvaise en soi et il existe quelques exemples de bonnes pratiques de culture qui intègrent le palmier. C’est l’industrialisation de la culture au fil des années qui a causé le plus de problèmes.

• Les plantations de palmiers en monoculture sont une cause majeure de déforestation dans les zones riches en biodiversité et entraînent la destruction des écosystèmes et des habitats des animaux.

• Des terres ont été volées à des peuples autochtones et données à des entreprises pour y développer des plantations de palmiers à huile.

• L’accaparement des terres est synonyme de violations des droits de la personne et de conflits.

• Les emplois dans de nombreuses plantations sont précaires, mal payés, dangereux et parfois effectués par des enfants.

• Les produits chimiques légaux et illégaux utilisés dans les plantations polluent les terres et les cours d’eau.

• La corruption est un outil utilisé pour développer les plantations.

De l’huile de palme durable?

Certaines entreprises ont tenté d’utiliser de l’« huile de palme durable » certifiée par la RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil), mais cette table ronde et leur certification présentent certains problèmes.

• La RSPO est principalement composée de membres de l’industrie. En 2009, seulement 6,7 % des membres provenaient de groupes de conservation ou de « développement social ». Tous les autres proviennent du secteur privé.

• La RSPO n’a pas appuyé une interdiction complète de la destruction des forêts de tourbe (des puits de carbone importants).

• Les producteurs et les transformateurs d’huile de palme peuvent devenir membres de la RSPO même si leurs opérations ne sont pas certifiées.

• L’expansion de l’industrie de l’huile de palme a plus d’impact sur les changements climatiques que ce que reconnaît la RSPO.

• La demande du marché mondial pour l’huile de palme certifiée est faible. On estime que seulement 14 % de l’huile de palme est certifiée par RSPO et celle-ci coûte de 8 à 15 % plus cher que l’huile non certifiée. La Chine et l’Inde sont les plus gros consommateurs d’huile de palme et ont démontré peu d’intérêt à acheter de l’huile de palme certifiée.

La politique de Lush pour l’huile de palme

En 2008, Lush commence à retirer l’huile de palme de sa chaîne d’approvisionnement et lance une campagne pour sensibiliser les clients à la dégradation de l’environnement causée par la culture actuelle du palmier à huile.

Depuis, Lush a annoncé au personnel et aux clients une transparence complète de son processus d’élimination de l’huile de palme des produits. Dans le catalogue Lush et les boutiques, nous avons inclus un étiquetage « sans huile de palme ». Bien que notre base de savon soit complètement exempte d’huile de palme, il existe encore des traces de dérivés du palmier dans certains de nos agents de conservation synthétiques. Nous examinons actuellement tous ces ingrédients pour trouver des sources sûres sans palme ou, dans certains cas, nous devons les remplacer par d’autres ingrédients et reformuler les produits. Ce processus est bien amorcé, mais nécessite beaucoup de travail pour trouver de nouvelles formules qui ne compromettent pas la qualité du produit final.

Est-ce que tous nos savons sont exempts d’huile de palme?

Non. Bien que toutes nos bases de savon (bondillons de savon) sont sans huile de palme, nous ne pouvons pas affirmer que tous nos savons en sont exempts. Plusieurs contiennent du stéarate de sodium, un ingrédient qui contient de l’huile de palme. Nous travaillons actuellement avec nos fournisseurs et nos inventeurs de produits afin de produire un stéarate de sodium sans huile de palme qui est adapté à tous nos produits.

Quels ingrédients contiennent des dérivés de l’huile de palme?

Ingrédient Contient des dérivés de
Laurylbétaïne Graine de palmier, palmier et noix de coco
Cocoamphoacétate de sodium Graine de palmier, palmier et noix de coco
Alcool cétéarylique Graine de palmier
Alcool cétéarylique et laurylsulfate de sodium Huile de palme 
Lauroylsarcosinate de sodium NP  Noix de coco, palmier, graine de palmier
Lauroyl Sarcosine Noix de coco, graine de palmier
Stéarate glycol Huile de palme
GMS SE40 - Monostéarate de glycérol Huile de palme
SSD —Laureth sulfosuccinate disodique Huile de palme
Stéarate de glycéryle de PEG-100 Graine de palmier
Laurethsulfate d’ammonium Graine de palmier
Laurylsulfate de sodium Graine de palmier
Sulfate de lauryle sodique Graine de palmier
Stéarate de sodium Huile de palme
Acide stéarique Huile de palme
Laureth 4  Huile de palme
Capriques PEG-6/glycérides capryliques et glycérides d’amande PEG-60 ier, graine de palmier

Notre parcours

2006 — COMPRENDRE L’IMPACT DE L’HUILE DE PALME

Après un voyage de recherche à Singapour et en Indonésie, nous découvrons que le principal ingrédient dans notre base végétarienne, l’huile de palme, provoque une déforestation sans précédent à Sumatra et à Bornéo, et détruit un important habitat de desorangs-outans, des éléphants, des tigres et de bien d’autres espèces menacées. Simon Constantine, acheteur et parfumeur en chef, passe d’abord du temps à la Roundtable on Sustainable Palm Oil (RSPO) à Singapour. Rapidement, il devient évident qu’une « option durable » n’était pas la solution, en particulier parce qu’une utilisation généralisée des biocarburants par l’industrie est imminente.

2006 — SUMATRA

Après avoir assisté à la réunion de la RSPO, Simon collabore avec la Sumatran Orangutan Society et leur organisation sœur, l’OIC (Orangutan Information Centre). Ensemble, ils sont témoins de la destruction des habitats, de la monoculture stérile de l’huile de palme et des forêts verdoyantes du parc national de Gunung Leuser. Ils voient également les conséquences du tsunami de 2004 et du détournement subséquent de fonds par la communauté de l’aide internationale dont les projets se terminent à Banda Aceh.

2007 — L’HEURE DU CHANGEMENT

Réalisant que l’huile de palme n’est pas la solution et que des sources durables et traçables sont presque impossibles à trouver, Lush souhaite mettre au point une solution novatrice. Nous contactons d’abord nos fournisseurs de base de savon, qui ne sont pas convaincus qu’une alternative peut être trouvée. Nous trouvons ensuite l’un des rares producteurs de savon du Royaume-Uni à être encore situé au pays, qui accepte de travailler sur l’élimination complète de l’huile de palme de leur base et de la remplacer par des huiles moins destructrices (colza [canola], tournesol et noix de coco). À la fin de 2007, les premiers lots d’essai sont produits dans notre manufacture.

2007 — SENSIBILISER LES GENS

Pour augmenter l’impact de notre décision et de notre travail, et pour mettre le problème en lumière auprès des clients, nous lançons le savon Sapin vert.

2008 – VOUS SOUVENEZ-VOUS?

Tout ne fonctionne pas comme prévu. Nous commençons à recevoir des plaintes comme quoi la base de savon ne mousse pas suffisamment, que les parfums sont moins fragrants et que les produits développent des taches et courbent comme des chaussures d’elfes. Nous retirons donc le lot du marché à grands frais (après avoir investi plus de 100 000 £ [130 000 $] dans la phase recherche et développement du projet). À ce moment, nos anciens fournisseurs nous demandent si nous aimerions essayer leur nouvelle base miraculeuse sans huile de palme. Cette fois-ci, c’est simplement de la noix de coco et du colza et cela fonctionne parfaitement, ce qui nous permet de réapprovisionner les boutiques le plus rapidement possible.

2008 — LES ORANG RIMBA

Désireux de maintenir l’intérêt et l’élan de la saga de l’huile de palme, Agnès, acheteuse d’huile essentielle, et notre équipe des campagnes retournent à Sumatra. Cette fois, c’est pour y enquêter sur le déplacement de populations autochtones dû à l’accaparement des terres par des entreprises d’huile de palme. Ils ont l’occasion unique de passer du temps avec les Orang Rimba, un peuple au mode de vie encore principalement nomade vivant dans la forêt tropicale primaire.

2009 — EN UN TOUR DE MAIN

Alors que nous poursuivons notre objectif d’élimination de l’huile de palme de notre chaîne d’approvisionnement, nous entamons une campagne mondiale mettant en lumière l’impact de l’industrie de l’huile de palme. Les gens peuvent mettre des empreintes de main vertes sur nos fenêtres et acheter du savon, dont les fonds soutiennent le Rainforest Action Network, qui lutte contre l’industrie de l’huile de palme en Indonésie.

2010 — LA LUTTE CONTINUE

En concentrant la majorité des efforts sur la sensibilisation aux enjeux de l’huile de palme, les campagnes se poursuivent dans toutes nos boutiques à travers le monde. Pendant ce temps, dans les coulisses, nous retirons la glycérine à base d’huile de palme de nos produits en la remplaçant par du colza sans OGM.

Extrait du Scotsman 2009 [traduction] :

Lush soutient une tribu en danger

Un important détaillant a créé une « pétition vivante » dans sa vitrine de Princes Street pour sensibiliser les gens au danger auquel fait face une tribu vivant dans la jungle.

L’entreprise de cosmétiques Lush offre aux clients de prendre leur photo à côté d’un arbre en carton géant dans la vitrine de leur boutique.

L’objectif de cette campagne est de mettre en lumière le sort des Orang Rimba d’Indonésie, qui sont menacés par des entreprises qui détruisent leur habitat afin de créer des plantations d’huile de palme.

La pétition, organisée conjointement avec Greenpeace, sera présentée à la société d’huile de palme et de papier Sinar Mas.

Andrew Butler, directeur des campagnes de Lush, a déclaré : « L’année dernière, j’ai passé du temps dans les forêts de Sumatra à parler aux membres de la tribu Orang Rimba, qui ont vu leurs maisons se faire détruire pour faire place à des plantations d’huile de palme. Ils demandent l’aide des Britanniques pour sauver leurs maisons et leur mode de vie. Il nous appartient à tous d’arrêter des entreprises comme Sinar Mas, qui souhaitent abattre des forêts pour produire du papier et de l’huile de palme. »

Ian Duff, responsable des forêts de Greenpeace, ajoute : « Lorsque Sinar Mas défriche des forêts et des tourbières pour créer de nouvelles plantations d’huile de palme, des milliers de tonnes de gaz à effet de serre sont libérés dans l’atmosphère. Sinar Mas doit entendre l’appel de Lush et de ses clients et cesser la destruction des forêts et des tourbières. »

2010-HESTON DANS LA CUISINE

Le retrait de l’huile de palme de nos produits n’est qu’une partie de l’histoire. En fait, cela nous fait comprendre que sans une traçabilité complète des ingrédients dans notre savon, nous ne pourrons jamais être certains à 100 % de leur impact sur la planète. Inspirés par Paul Yeboah, directeur du Ghana Permaculture Institute au Ghana et sa fantastique entreprise de fabrication de savon, nous réalisons que nous pourrions peut-être fabriquer notre propre base de savon. Simon, inventeur de produits, Wesley, et d’autres se mettent alors au travail...

2012 — CHAQUE CHOSE EN SON TEMPS

Pendant quelques années, nous nous concentrons sur la compréhension du processus de fabrication du savon. Les essais infructueux se succèdent et il s’avère difficile d’inciter les formulateurs de produits à adopter de nouvelles méthodes de fabrication du savon. C’est alors que l’extraordinaire biochimiste Dan Campbell décide de prendre la relève de ses collègues fatigués et reprend l’expérimentation avec une ardeur redoublée.

2014 — MOVIS EST NÉ

Dan et l’équipe se concentrent sur de nouvelles formulations de base de savon, pour finalement choisir un mélange d’huiles de ricin, de noix de coco et de germe de blé. Le savon Movis est créé en 2014.

2014 — RÉGÉNÉRATION À SUMATRA

Après 8 ans de collaboration dans la lutte contre l’huile de palme avec la Sumatran Orangutan Society (SOS) et l’Orangutan Information Centre (OIC), il est temps d’essayer quelque chose de nouveau. En réunissant les initiatives du Fonds durable Lush et de l’OIC, un plan est élaboré pour mettre à l’essai de nouvelles méthodes de culture à Sumatra. En s’inspirant des techniques de culture naturelle et des fermes qui bordent de précieuses réserves forestières, l’OCI propose d’acheter 10 hectares (100 000 m²) de terres pour mettre à l’œuvre de meilleures pratiques. Il se trouve que cette région cultive de nombreuses matières premières d’huiles essentielles, dont du patchouli, de la citronnelle et du bois d’agar, pour n’en nommer que quelques-unes.

2015 — SAVON GOURMET

Poursuivant la tendance du savon fait à la main, Dan, Wesley et Simon collaborent pour créer deux nouvelles gammes de savon pour l’ouverture de la boutique d’Oxford Street. Au nom de la régénération, les savons gourmets contiennent des ingrédients des projets du Fonds Lush à travers le monde et des huiles de la Palestine, de la Colombie, du Ghana, du Kenya, entre autres. Wesley utilise ces nouvelles bases de savon pour fabriquer des savons pressés à froids résistants et longue durée.

2017 — LE TRAVAIL CONTINUE

Nous continuons de travailler à trouver d’autres options pour tous nos ingrédients contenant de l’huile de palme, mais il s’agit d’un processus complexe. Les fournisseurs doivent non seulement confirmer que l’ingrédient est 100 % sans huile de palme et le sera toujours, mais ils doivent également suivre les politiques éthiques et sans cruauté de Lush. Les alternatives aux ingrédients contenant de l’huile de palme sont souvent nouvelles sur le marché et sont donc souvent soumises à des tests sur les animaux, ce qui les rend inutilisables par Lush. Les versions sans huile de palme de nos ingrédients actuels ne sont pas facilement disponibles et lorsqu’ils le sont, une reformulation est nécessaire plutôt qu’un simple remplacement. Nous poursuivons des recherches et des tests pour mettre fin à notre utilisation de l’huile de palme.

Nous vous tiendrons au courant des progrès!

Partager cette histoire: