Voici les gagnants du prix Lush 2017

Roulement de tambour…
down arrow

Les gagnants du prix Lush 2017 ont été annoncés!

Chaque année, avec le prix Lush, nous honorons les avancées dans la lutte contre les tests sur les animaux, particulièrement dans le domaine de la toxicologie. Cet événement annuel décerne un prix de 350 000 £ (environ 517 731 $) aux scientifiques, aux militants et aux jeunes chercheurs dans cinq catégories distinctes.

Voici les gagnants

Science : professeure Jennifer Lewis, Lewis Bioprinting Team, Université Harvard, États-Unis
Pour les personnes, équipes de recherche ou institutions qui travaillent à mettre au point des voies de toxicité, qui sont souvent plus efficaces pour prévoir les réactions humaines que les souris, les rats ou les lapins.

Jennifer Lewis et son équipe ont simulé des organes humains sur une puce pouvant être utilisés pour les tests de dépistage de drogues, les tests de toxicologie, la modélisation des maladies et les tests dans le domaine des cosmétiques. Leur invention a été mentionnée dans une liste de 10 technologies révolutionnaires par le MIT Technology Review.

Sensibilisation du public : AFABILITY, France/R.-U. et NGO Te Protejo, Chili
Pour les personnes et les organismes qui travaillent à sensibiliser le public sur la pratique cruelle et non scientifique qu’est l’expérimentation animale.

En 2016, AFABILITY a été lancé avec un site Web rempli d’informations et des médias sociaux qui mettent en lumière l’ampleur du problème des animaux utilisés pour produire des anticorps alors qu’il existe des solutions de rechange faciles d’accès. Il s’agit d’un enjeu souvent ignoré par la communauté scientifique.

Un autre gagnant de ce prix est NGO Te Protejo, un organisme non gouvernemental basé à Santiago, au Chili. Au moyen de divers projets, l’organisme fait la promotion des achats sans cruauté au Chili tout en éduquant les consommateurs et en leur enseignant à se responsabiliser et à augmenter la demande pour des produits éthiques.

Formation : Human Toxicology Project Consortium, États-Unis
Pour les personnes ou les organismes qui offrent de la formation sur les méthodes de test sans expérimentation animale.

Human Toxicology Project Consortium (HTPC) est un chef de file dans la promotion de la science nécessaire à un avenir sans expérimentation animale au moyen d’ateliers, de présentations et d’un programme d’introduction pour les scientifiques, ainsi qu’une formation en ligne gratuite pour tous.

Lobbying : The Humane Society Legislative Fund, Humane Society of the United States et Physicians Committee for Responsible Medicine, États-Unis
Pour les personnes, les groupes ou les organismes qui incitent au changement, en mettant l’accent sur les interventions en matière de politique faisant la promotion de solutions de rechange aux tests sur les animaux

Les efforts de lobbyisme de The Humane Society Legislative Fund, Humane Society of the United States and Physicians Committee for Responsible Medicine pour remplacer l’utilisation des animaux pendant la réforme de la Toxic Substances Act ont porté fruit dans le projet de loi final, qui inclut une exigence d’utiliser des méthodes sans cruauté avant d’avoir recours à l’expérimentation animale.

Jeunes chercheurs d’Amérique du Nord : cinq gagnants
Le prix Jeunes chercheurs s’adresse aux scientifiques de 35 ans et moins à la recherche de financement pour la prochaine étape de leur carrière. Cette année, nos cinq gagnants d’Amérique du Nord comprennent :

Carolina Catarino du Rensselaer Polytechnic Institute pour son travail de conception de modèles de peau qui capturent la complexité de la peau humaine avec des matériaux et des cellules organiques en utilisant la bio-impression.

Dr Kamel Mansouri de ScitoVation pour avoir conçu des tests qui prédisent la toxicité des produits chimiques et leurs conséquences sur le cerveau et le système nerveux humain.

Dr David Pamies du Centre for Alternatives to Animal Testing pour avoir mis au point un modèle de cerveau humain in vitro qui tests les effets neurotoxiques de diverses substances chimiques environnementales sur la croissance fœtale. Cette technologie aide dans la recherche des causes de certaines maladies comme l’autisme.

Renato Ivan de Ávila Marcelino, Université fédérale de Goiás pour avoir créé des tests sans cruauté sur le potentiel de photosensibilisation de mélanges de substances chimiques naturelles (notamment des formules botaniques, cosmétiques et agrochimiques) sur la peau.

Dr Zhen Ma de l’Université de Syracuse, qui a conçu un modèle d’embryon humain pour étudier les effets des antidépresseurs sur le fœtus. Son invention utilise des cellules souches et un modèle de cœur pour étudier les premiers stades de formation.

Vous voulez en savoir plus sur les gagnants du prix Lush ou envoyer votre candidature pour la prochaine édition? Visitez lushprize.org/fr.

Partager cette histoire: